Etude 2013 sur les corrélations pour un Bon référencement sur Google

Posted by
Référencement .


A en croire cette récente étude de SearchMetrics effectuée entre mars 2013 et juin 2013 tendant à répondre à cette question :

\ »\ »

Méthodologie de cette étude

Cette étude initiée par SearchMetrics entre mars et juin 2013 concerne le classement de sites sur Google US (Google.com). Elle a permis d\’analyser 10 000 mots clés et 300 000 sites web classés dans le top 30 pour chaque mot clé analysé.

Et ce, après une autre étude de BusinessBolt.com en février 2013 sur les facteurs du référencement sur Google.

Ainsi, cette étude de SearchMetrics a analysé des milliards de backlinks, de tweets, de plus un, de Pins, de Facebook Likes et commentaires.

Les différentes données ont d\’abord été collectées en mars 2013 avant de l\’être à nouveau en juin 2013 pour tenir compte du lancement de Google Penguin 2.0.

Les corrélations entre les différents nouveaux facteurs de référencement sur Google et les résultats de recherches sur Google ont été calculées en utilisant le coefficient de corrélation de classement de Spearman.

Cette étude que nous allons maintenant détailler fait état de 6 principaux facteurs clés pouvant aider à bien se référencer sur Google.

1. Les +1 ont plus de corrélation avec le classement sur Google que les autres signaux sociaux

Les signaux sociaux tels que Facebook Likes et partages, les tweets de et les +1 de Google ont tous une corrélation avec les classements sur Google.

Mais les analyses de SearchMetrics vont révéler que les +1 de Google+ ont une plus forte corrélation (avec un coefficient de corrélation de +0,4) que tous les autres signaux sociaux.

Les partages sur Facebook constituent le deuxième signal social le plus important (coefficient de corrélation de +0,34), suivis par les tweets (+0,28) et les Pins sur (+0,29).

Marcus Tober, le fondateur de SearchMetrics confirme d\’ailleurs que les pages web qui sont dans le haut du classement ont une quantité importante de signaux sociaux. Donc un impact de ces signaux sociaux. Mais, est-ce que le fait que ces pages soient tout en haut et reçoivent beaucoup de trafic web ne favorise pas non plus ou n\’amplifie pas non plus ces partages, ces +1, ces Likes, etc… ?

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Les corrélation entre facteurs et bon classement sur Google – source : SearchMetrics.com 

2. La qualité du contenu est importante dans le classement

Les experts SEO estiment que la qualité du contenu sur les pages web constituent un facteur de classement important parce que Google a pour objectif de bien classer les pages ayant de bons contenus et des informations utiles. Ainsi, les pages avec beaucoup de texte et d\’images ont une corrélation positive avec le référencement sur Google (coefficient de corrélation de +0,11 pour les textes et +0,08 pour les images).

Raison pour laquelle les pages web avec beaucoup de texte et d\’images bénéficient d\’un classement élevé sur Google.

Google considérant que plus de texte et d\’images étant une indication de qualité d\’une page web, la qualité d\’un contenu serait donc liée à son classement très élevé, selon cette étude. Mais, le fondateur de SearchMetrics précise que cette corrélation entre la longueur du texte et son classement existe jusqu\’à une limite de 10 000 caractères dans le texte. Au-delà, la corrélation s\’atténue et décline. Vous savez donc ce qu\’il vous reste à faire…

3. Les mots clés dans les noms de domaine et dans les URLs sont peu efficaces

Il fut le temps où les EMD (Exact Macth Domain sanctionnés maintenant par Google) ou noms de domaine contenant des mots clés concurrentiels (ex : achetervoiture.com ou gagnerargent.com) avait tendance à bien se classer sur des requêtes importantes. Mais, l\’étude de SearchMetrics indique que cette tendance s\’est beaucoup amoindrie en importance…

L\’étude révèle qu\’avoir un mot clé dans son a une faible corrélation positive (coeff. de corrélation de +0.03) contre +0,11 en 2012.

Tout comme avoir des mots clés dans son URL de page n\’a plus aucune incidence sur le classement puisqu\’on passe d\’un coefficient de corrélation de +0,04 en 2012 à +0,01 en 2013.

4. Le nombre de backlinks reste extrêmement important

L\’étude 2013 de SearchMetrics montre que le nombre de backlinks a toujours un impact important sur le classement. En fait, le nombre de backlinks des pages tout en haut du classement sur les pages de résultats de Google a augmenté, alors que leur corrélation avec le classement est en train de reculer. On passe ainsi d\’un coeffcient de +0,36 en 2013 à +0,34 en 2013.

La raison de cette légère régression de cette corrélation, comme l\’explique le fondateur de SearchMetrics, est due au fait que toutes les pages du top 30 ont aujourd\’hui plus de backlinks (naturels) qu\’en 2012. L\’évidence même ! Donc pas de changement notable par rapport à 2012.

Mais, attention : autant les backlinks doivent être naturels (et non artificiels), autant un grand nombre de liens parfaitement optimisés incluant des mots clés pertinents dans les ancres est contre-productif. Google Penguin est passé par là ! L\’étude indiquant un passage d\’un coefficient de corrélation de +0,10 en 2012 à +0,06 pour les backlinks trop optimisés.

A contrario, il est bien vu de Google de recevoir une bonne proportion de backlinks en \ »nofollow\ » (qui ne transmettent pas de jus). Tout comme Google apprécierait, selon cette étude, les ancres de liens contenant des stopwords (ex : de, en, ou, et …) ou encore contenant des termes génériques tels que suite, lire la suite, plus d\’infos, etc… Tous ces termes et stopwords gagneraient en importance dans les backlinks.

5. Les marques seraient favorisées sur Google

Etonnant de savoir à travers cette étude que les marques se classeraient automatiquement en tout en haut des pages de résultats de Google.

Et l\’étude révèle que certains facteurs ayant une corrélation avec un classement élévé sur Google (le plus souvent on-page) ne s\’appliquent pas aux pages des marques de la même manière qu\’avec toute page lambda.

Marcus Tober, le fondateur de SearchMetrics, explique cette situation : \ »Les marques sont toujours bien référencées quand bien même elles ont échoué dans la mise en pratique des règles de base du SEO\ ». Ainsi, même si une marque a peu de texte, pas de mot clé dans sa balise title et pas d\’images, elle se classera dans les 3 premiers.

6. L\’optimisation basique produit toujours des résultats

Les techniques de base dans l\’optimisation interne restent toujours utiles pour bien se référencer sur Google. Par contre, ne pas en faire produirait un effet négatif sur le classement des pages.

Ainsi, comme le dit Marcus Tober de Searchmetrics, des critères tels que que l\’existence du H1 dans le titrage (entête) de la page, le mot clé ciblé dans la description et surtout, un bon temps de chargement des pages sont incontournables pour être classé très haut sur Google.

Voici maintenant comment bien son site sur Google en 2014.

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Détails des facteurs pour un bon référencement sur Google – source : SearchMetrics.com