Backlinks en DoFollow ou NoFollow : pourquoi pas les 2 ?

Backlinks.


Car, comme chacun le sait, les backlinks sont encore un élément déterminant dans le classement des pages web sur les SERPs.


Les arguments en faveur des backlinks en DoFollow

Les backlinks en dofollow sont les liens qui ne présentent aucune indication aux robots des moteurs de recherche pour les empêcher de suivre ces liens. Ces liens sont donc comptabilisés comme un vote pour la page web qui les reçoit.

A contrario, tout lien en nofollow fournit une instruction claire et précise aux robots, avec l\’attribut rel=nofollow, de les ignorer. Une technique qui permet ainsi aux webmasters de citer une page web sans pour autant perdre tout le jus (PR) de leur propre page. Car, un lien sortant, c\’est un peu du pagerank de la page qui part vers la page citée.

Les arguments en faveur des backlinks en NoFollow

Comme dit plus haut, les backlinks en nofollow ne transmettent pas de jus dans la mesure où il est expressément demandé aux robots de ne pas en tenir compte.

Mais, certains experts estiment que les liens en nofollow sont aussi importants car ils procurent une autre forme de bénéfice. A savoir que ces backlinks apportent tout autant de trafic, parfois plus, que des backlinks en dofollow de la part des sites référents.

Ainsi, l\’importance de leur taux de clics resterait aussi un signal dont les moteurs de recherche tiendraient compte pour finalement les comptabiliser. Plus il y a de clics sur un lien en nofollow, plus la page de destination gagnerait en notoriété et en importance.

Un excellent exemple de cet argument sur les backlinks en nofollow concerne les liens insérés dans les commentaires de blogs. La quasi-totalité des blogs intègrent d\’office l\’attribut rel=nofollow pour tous les liens des commentateurs pour décourager toute tentative de spam. N\’empêche, un bon commentaire bien argumenté sur un blog populaire peut vous procurer de très nombreuses visites en un laps de temps.

Autre exemple : on sait que les backlinks sur Wikipedia sont dorénavant en nofollow en raison de nombreux webspams de la part de certains contributeurs bénévoles. Toujours est-il qu\’être cité sur Wikipedia procure énormément de trafic régulier. Et aide aussi au positionnement web en raison de son statut d\’autorité web.

Que faut-il finalement penser des backlinks ?

Dès lors qu\’il s\’agit de référencement, j\’ai toujours considéré que le SEO n\’est pas une science exacte. Et ce qui marche pour un référenceur peut ne pas forcément marcher pour un autre référenceur.

Pour les backlinks que vous recevez, ils doivent présenter un côté naturel. C\’est pourquoi il serait raisonnable de mixer volontairement les 2 types de liens, à savoir rechercher des backlinks en dofollow mais aussi des backlinks en nofollow.

N\’avoir que des backlinks en dofollow peut paraître suspect aux \ »yeux\ » des moteurs de recherche. Les liens en nofollow doivent faire partie de votre stratégie de netlinking.

Au final, je pense que Google , pour ne pas le citer, considère et comptabilise autant les backlinks en dofollow que les backlinks en nofollow. Car, si Google ignorait vraiment les backlinks en nofollow comme il le prétend, pourquoi est-ce qu\’il les affiche dans ses outils pour webmaster ou et aussi, parfois,  lorsqu\’on lance une requête du type link:www.votresite.com sur son moteur de recherche ?

A ce propos, quand on saisit une telle requête sur Google, il affiche très peu de backlinks. Vaut mieux l\’essayer sur !

Et que dire de vos backlinks issus des réseaux sociaux tels que et dont les liens sont connus pour être en nofollow et qu\’on retrouve sur les SERPs et dans les alertes Google.

Donc, si Google affiche parfois des backlinks en NoFollow, c\’est que, quelque part, il pourrait en tenir compte. Car, il n\’y a pas de fumée sans feu !

Bref, à tort ou à raison, je me pose des questions…

Voici maintenant comment bien son site sur Google en 2014.

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO en tant que Consultant.